Circulaire du ministre de l’Éducation Nationale du 9 janvier 1939

samedi 27 décembre 2008
par  Joël Chalifour
popularité : 19%

RÉPUBLIQUE FRANCAISE
Liberté - Egalité - Fraternité

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE
DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE
1er Bureau

9 JANVIER 1939

CIRCULAIRE N° 23

LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE à
Messieurs les Inspecteurs Généraux de
l’Enseignement Technique
à Messieurs les Recteurs d’Académie
à Messieurs les Inspecteurs d’Académie.

Pour répondre à des vœux qui m’ont été exprimés maintes fois, je crois devoir vous indiquer quel est le rôle des professeurs techniques chefs de travaux dans les écoles pratiques d’industrie et les sections d’enseignement technique industriel annexées aux établissements du second degré.

Je serais reconnaissant à Messieurs les Recteurs de bien vouloir communiquer dans leur Académie cette circulaire aux Directeurs et Directrices intéressés.

Le professeur technique chef des travaux, sous l’autorité du chef d’établissement dont il est le collaborateur immédiat, assure la direction des ateliers ; il est responsable de tout ce qui les concerne, qu’il s’agisse de l’organisation matérielle, du choix ou de la répartition des travaux et exercices et, par conséquent, des résultats de l’apprentissage pratique. Il a sous ses ordres directs les professeurs techniques adjoints, les contremaîtres, les ouvriers instructeurs, les maîtres d’apprentissage.

Professeur, il est chargé personnellement d’enseigner la technologie générale professionnelle et d’organiser l’enseignement des technologies spéciales. Par ses relations avec ses collègues chargés de l’enseignement du dessin industriel ou des sciences, il resserre, entre les travaux pratiques et les leçons théoriques, les liens si indispensables à une bonne formation professionnelle.

Mais le rôle pédagogique essentiel du chef des travaux consiste à déterminer la suite des exercices et travaux qui seront exécutés dans les ateliers. Cette suite progressive méthodique, améliorée chaque année afin de la rendre plus efficace, plus attrayante aussi, le chef des travaux ne l’établit pas seul. Les professeurs techniques adjoints, les contremaîtres, les ouvriers instructeurs, les maîtres d’apprentissage lui apportent leurs suggestions et leur expérience professionnelle. C’est le fruit collectif des réflexions, des observations de tous, qui est soumis à l’approbation du chef de l’établissement. Je crois devoir rappeler d’ailleurs que les travaux demandés par les industriels ou, dans les écoles de filles, par la clientèle, sont tout à fait recommandables à condition de pouvoir s’insérer dans la suite des exercices. Mais les commandes ne peuvent être acceptées par le chef de l’établissement et les délais d’exécution ne peuvent être fixés sans consultation et sans accord du chef des travaux, qui peut juger dans quelle mesure les travaux demandés contribueront à la formation rationnelle des élèves, qui reste le but essentiel de nos écoles.

La même préoccupation justifie le rôle du chef des travaux à l’égard du personnel des ateliers. C’est lui qui répartit les tâches entre ses collaborateurs, qui coordonne leurs activités, qui contrôle la tenue des carnets d’ateliers et d’enseignement des technologies professionnelles. Il est donc en mesure d’apprécier le dévouement des professeurs techniques adjoints, des contremaîtres et des ouvriers et, j’estime que les chefs d’établissement et MM. les Inspecteurs généraux doivent s’enquérir du jugement du chef des travaux, lorsqu’ils ont à noter le personnel des ateliers.

Responsable du travail des ateliers, le chef des travaux est naturellement responsable de leur bonne organisation matérielle. Pour tout ce qui concerne la prévision des crédits, l’utilisation des subventions destinées aux ateliers, l’approvisionnement en matières, les commandes d’outillage, les projets d’amélioration ou de transformation des ateliers, le Directeur de l’Ecole s’assure la collaboration du chef des travaux, avant de présenter ses propositions au conseil de perfectionnement.

Ainsi, les attributions du chef des travaux sont multiples et étendues. Elles exigent un dévouement constant qui tient mal dans le cadre d’un horaire hebdomadaire rigide. C’est au bénéfice de cette considération que je rappelle la durée hebdomadaire du service de ces fonctionnaires.

Ils doivent, en principe, à l’école, 32 heures, non comprises trois ou quatre heures supplémentaires rétribuées pour l’enseignement de la technologie générale professionnelle. Mais, hors de l’école, il leur faut rechercher les relations avec les industriels et tous les moyens de documentation propres à l’adaptation de l’apprentissage aux besoins des activités régionales.

En ce qui concerne les grandes vacances, les délais prescrits pour le personnel des ateliers, une semaine après le départ des élèves, une semaine avant leur rentrée, pourront être réduits, d’accord avec le chef de l’établissement, toutes les fois que les ateliers seront en état de fonctionner dès l’arrivée des élèves.

LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE.

signé : Jean ZAY.


Documents joints

Circulaire du ministre de l'Éducation Nationale du
Circulaire du ministre de l'Éducation Nationale du

Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Météo

Ville(FRXX0119)

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

inconnu

°C


inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>